Régime sans gluten

Focus sur « le sans gluten » : une nouvelle tendance alimentaire

De plus en plus les aliments sans gluten se retrouvent sur les rayons. En effet, les industriels ont le chic de proposer de plus en plus de produits exempts de gluten. Ainsi, que veut dire réellement la sensibilité au gluten et quels sont ses symptômes ?

Sensibilité au gluten : définition et symptômes

À première vue, l’intolérance au gluten prend encore une grande place dans les études cliniques, depuis les travaux de Sapone en 2010 portant sur les figures cliniques de la maladie.

D’ailleurs, cette sensibilité s’étudie encore au niveau de l’épidémiologie, du mécanisme pathologique et des traitements possibles. En effet, cette allergie se caractérise par différents symptômes. Ainsi, ces derniers surviennent généralement après l’ingestion d’aliments contenant du gluten. De même, ces symptômes disparaissent avec l’arrêt de la consommation de ces produits.

Manger sans gluten

Par ailleurs, les symptômes typiques ressemblent à ceux du syndrome de l’intestin irritable, dont :

  • Douleurs abdominales
  • Ballonnements
  • Désordres intestinaux : diarrhée ou constipation
  • Manifestations systémiques de mal de tête, fatigue, douleurs articulaires et musculaires, engourdissement des bras et des jambes, problèmes de peau, dépression et anémie.

D’un autre côté, la sensibilité au gluten touche environ 1 à 6 % de la population. En plus, les femmes semblent les plus touchées. Cependant, il n’existe jusqu’à aujourd’hui aucun biomarqueur de cette affection. Ainsi, le diagnostic doit toujours être réalisé par un professionnel de santé sur la base des symptômes et après avoir écarté la maladie cœliaque et l’allergie au blé.

Quel intérêt de la tendance alimentaire du « sans gluten »

Aliment indispensable de la cuisine, la consommation du blé a connu une augmentation remarquable depuis la Seconde Guerre mondiale. D’ailleurs, le blé a détrôné le riz en Chine et en Inde. Cependant, la nouvelle tendance alimentaire préconise d’éviter sa consommation en Europe, en Australie, en Nouvelle-Zélande et aux États-Unis. Ainsi, cette tendance trouve sa légitimité à cause des allergies au gluten. En effet, cette molécule se forme naturellement pendant le pétrissage de la farine de blé.

Par ailleurs, les intolérants au gluten trouvent actuellement divers produits gluten-free, sans aucun effort.

Le régime alimentaire gluten-free : en quoi consiste-t-il ?

Tout d’abord, manger sans gluten peut impacter l’indice glycémique. En effet, les produits exempts du gluten affectent notablement la digestion de l’amidon. Toutefois, certains produits ne contenant pas du gluten avaient des IG bas et moyens.

D’ailleurs, les personnes atteintes de la maladie cœliaque ont besoin d’un traitement à vie sans gluten. En plus, toute teneur en gluten peut endommager leur muqueuse intestinale.

Alimentation sans gluten et aliments interdits

À priori, le gluten désigne une protéine contenue dans plusieurs céréales, comme le blé, le seigle, l’orge…

Ainsi, tous les produits fabriqués à partir de ces céréales (farines et pâtes) contiennent aussi du gluten. En plus, cette molécule se trouve, comme additif, dans plusieurs produits courants.

D’ailleurs, les personnes souffrant de maladie cœliaque ou de sensibilité au gluten non cœliaque se voient interdire toutes les céréales renfermant du gluten.

  • Blé
  • Orge
  • Seigle
  • Épeautre : vert, petit, grand
  • Triticale
  • Kamut
  • Avoine : contient une protéine proche du gluten et est souvent contaminée
  • Certaines pâtes à tartiner
  • Variétés de chocolats en poudre
  • Certaines vinaigrettes
  • Variétés d’infusions

Par ailleurs, vous trouverez des aliments exempts du gluten, comme les produits frais :

  • Viande
  • Poissons
  • Œufs
  • Fruits et légumes (moringa bio)
  • Lait, fromages et laitages nature sauf les desserts lactés du type crème

De même, vous pouvez consommer sans vous inquiéter certaines céréales et pseudo-céréales, comme le maïs, le quinoa, le sarrasin, le manioc (tapioca), l’amarante, l’arrow-root, le sorgho, le millet, le teff…

Enfin, vous pouvez aussi manger les féculents, comme la pomme de terre et la châtaigne, ainsi que les légumes secs, comme les pois chiches, les lentilles, les pois, les fèves, les haricots…

Publié dans Bio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *